Entre à l'école du style et de l'habileté avec l'Art du court !

doodoosonic-97679-unsplash
Tu aimerais écrire des textes aboutis, parfaitement ajustés, dont tu sois fier ! La classe, même en court !
Mais… 
  • Tu as parfois la sensation que tes textes s’enlisent, qu’ils ne vont nulle part.  Ils finissent même par t’ennuyer toi-même, par moment…

  • Écrire seul.e dans ton coin, c’est un peu triste, et cela t’empêche d’aller plus loin. Tu voudrais pouvoir partager et découvrir de nouvelles pistes pour enrichir tes textes. 

  • Tu t’acharnes quelques fois à trouver la bonne phrase, la chute qui va tout casser. Mais tu es souvent déçu.e.

  • Rien qu’à l’idée du nombre de pages à écrire pour une nouvelle digne de ce nom (ou, pire, pour un roman qui en mérite la qualification…) le courage te manque.

  • Ton temps est plutôt contraint, c’est sportif de se lancer dans LA grande œuvre, ou même d’écrire régulièrement. Ah ! La belle idée que de bloquer un créneau rien que pour écrire !

Ton écriture peut devenir plus percutante et tes séances d’écriture bien plus efficaces.

Grâce à…

L’art du court !

 
Avec L’art du court :
  • Tes textes deviennent plus percutants et plus justes. Ils font de l'effet !
  • Tu joues ! Tu t'amuses avec ton imagination, avec la narration et avec ton lecteur.
  • Tu cisèles ton style. Chacun le sien, mais l'essentiel est de lui donner sa pleine mesure.
  • Tu deviens un grand couturier de l’ellipse, du bouleversement narratif, du raccourci bienvenu, du mot qui en dit long.

Avec L‘art du court, tu perfectionnes ton écriture brève – Fragment, nouvelle (et même micro-nouvelle)

 

Un texte court peut être un vrai miracle, un prodige inoubliable.
J’ai mis des années à retrouver une nouvelle entendue lors d’une lecture publique : La mort de la phalène, de Virginia Woolf (le titre et l’auteur m’avaient alors échappé, sous le choc !). Et à chaque fois que je la relis désormais (ou que j’y pense), je suis toujours aussi conquise et éblouie par la poésie, l’efficacité de l’écriture et la leçon de vie qu’offrent ces… 3 pages. Certains textes brefs, comme La mort de la phalène, m’ont bien plus marquée que beaucoup des romans que j’ai lus, dont j’ai souvent un souvenir plus dilué.

Mais avec L’art du court, tu tailles aussi ton art du long.

Qu’est-ce qu’un roman ? Une succession de nouvelles, ou presque !

Tu connais le célèbre adage « Show, don’t tell » ? Oui, écrire une fiction, ce n’est pas raconter une histoire. C’est la montrer. C’est faire vivre une succession de scènes au lecteur.

Et pour être réussie, chaque scène doit être ficelée comme une unité, comme une mini-nouvelle.

Un roman de 400 pages (ou même de 1000 pages) n’est qu’une succession de pièces courtes.

  • Sais-tu, par exemple, que de très nombreux romans de science-fiction (et pas des moindres !) sont issus de la technique du fix-up ? Ils sont construits à partir de nouvelles reliées les unes aux autres.
  • Et connais-tu Éloge de la pièce manquante ? C’est un roman d’Antoine Bello dont les chapitres peuvent être lus dans le désordre !
  • J’écris moi-même très souvent avec la méthode du « collage », par montage de pièces, comme pour un puzzle, ou un mécano. S’occuper en t’attendant, par exemple, est un récit construit à partir de fragments. Et ce qui est amusant, c’est que le lecteur reconstruit une chronologie des faits qui n’était pas du tout celle que j’avais prévue au départ. Le collage permet un jeu avec l’histoire (ou même avec les histoires qui en résultent) et avec le lecteur.

Sans compter les productions audiovisuelles ou numériques (séries, web-séries,  narrations numériques, etc…) qui fonctionnent sur le principes de collage de séquences courtes.

Cela inspire évidemment les écrivains et leurs lecteurs, qui ne vivent pas hors du monde.

"Dès que ton pôle narratif commence à faiblir, tu peux y aller à la hache et passer à un autre pôle, et c'est là que tu peux mettre en avant la langue. D'où parfois ces longues ellipses dans mes livres."
Philippe Djian

L'atelier L'art du court en pratique

Comment se déroule un atelier ?

  • Une courte méditation. Simple moment de « retour à soi » ou visualisation plus poussée, selon le thème du jour et mon inspiration du moment.
  • La découverte d'un texte d'auteur (ou de plusieurs). C'est le temps de frottage au talent de plus avancés que nous sur la route du court.
  • Des propositions d'écriture inspirées du texte du jour, bien sûr suivies de temps d'écriture.
  • La lecture des textes et des retours constructifs
  • Après l'atelier, l'accès à un groupe facebook privé pour échanger les nouvelles versions des textes. Pour ne pas perdre le lien et l'énergie d'écrire !

Il sera fait une large part dans l’atelier au perfectionnement, au peaufinage, bref à la ré-écriture.
C’est un art difficile mais indispensable : écrire c’est avant tout ré-écrire !

L’atelier est un moment convivial : thé, café, tisanes sont à disposition. Vous pouvez amener de quoi grignoter.

Quand et où ?

L’atelier L’art du court a lieu un vendredi par mois de 19h00-21h30
Lieu : Paris 19ème (métro Crimée ou Ourcq)

Adresse exacte donnée aux participants après inscription

Calendrier 2018/2019

21 septembre - 19 octobre - 16 novembre - 7 décembre - 11 janvier - 15 février - 15 mars - 12 avril - 17 mai - 14 juin 

Tarifs

46 euros à l'unité - 35 euros l'atelier d'essai (code : essai)
Par 3 : 40 euros l'atelier, soit 120 euros
 Par 9 : 35 euros l'atelier, soit 315 euros
L'engagement à l'année (10 mois) revient à 350 euros (35 euros l'atelier)