Pour écrire comme il se doit : guide à l’usage des écrivains consciencieux

La vie de coach en écriture n’est pas toujours rose. Elle est même parfois rouge vif, avec des zébrures de fouet dessus.

Quand un client, assis bien droit sur mon canapé ou derrière son écran, le stylo dégainé au dessus d’un carnet, attend de moi que je lui délivre son carnet de route, j’ai parfois la sensation de devoir assumer un rôle qui n’est pas le mien. Dont je ne veux pas. Celui de « maîtresse d’écriture », en combinaison latex et regard sourcilleux.

Evidemment, quand on pousse la porte d’un coach en écriture, on est rempli de rêves. Être fier.e de son roman, voir des étincelles d’admiration (ou d’envie, gniiiii) dans le regard de ses lecteurs et, pourquoi pas, consécration des consécrations, recevoir l’appel élogieux d’un éditeur.

Mais en attendant, on est là, le fessier posé sur mon canapé, attendant que je délivre les bonnes recettes de Marion pour passer de « client d’un coach » à « écrivain talentueux reconnu de tous ». On compte bien repartir avec des billes, des règles précises, des lignes à suivre claires et définitives, des conseils linguistiques cousus à petits points et la certitude qu’on est sur la bonne route vers le paradis. Scrogneugneu !

Sauf que ça ne se passe pas du tout ainsi. J’ai la prétention de croire que tu sais déjà écrire ! Que tu es déjà talentueux et que mon rôle est plutôt de t’aider à te rapprocher de toi-même (ce grand oublié !), plutôt que de normes ou standards que tu as déjà appris à l’école ou que tu trouves par hectobits sur le web.

Mais, soit. Une bonne fois pour toute je te délivre dans une vidéo le guide à l’usage des écrivains consciencieux. N’y reviens pas, vilain garçon, vilaine fille, c’est la dernière fois ! 

>>>>> Envie de découvrir mon coaching sans fouet et sans recette toute faite ? C’est par ici !

 

 

Ajouter un commentaire